L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson

Que diriez-vous d’aller découvrir ce qui se passe, la nuit, dans le brouillard des rues de Londres ? Nous sommes en 1886, la science avance à grands pas, et un certain Docteur Jekyll ose faire des expériences qui en disent long sur la nature humaine.

Citation
Documentation

Une pléthore de films sont inspirés par cette nouvelle de Stevenson.

Le premier date de 1908, il est Américain, il dure 16 minutes et il est signé Otis Turner et classé au rayon « horreur, épouvante » !

Puis c’est en Suède, en 1910, que l’histoire est adaptée, en 17 minutes par August Blom. Des images bien lissées, une adaptation très différente.

Les court-métrages se succèdent, mêlant d’autres histoires à l’histoire originale.

Le premier long métrage date de 1920, il est signé John Robertson et Shaw Lovett et défraye la chronique américaine à cause de son peu de moralité.

Le premier film à succès sort en 1931 aux États-Unis. il est réalisé par Rouben Mamoulian qui accorde un soin particulier à la psychologie du Docteur Jekyll.

Suivent des dizaines d’adaptations qui oscilent entre horreur et fantastique, dont en 1941 une adaptation de Robert Flemming, et en 1959, Jean Renoir en 1959 qui dans son « testament du docteur Cordelier », propose une lecture moderne et psychanalytique.

Les visions comiques ne manquent pas non plus. La plus célèbre met en scène Jim Carrey en 2000, avec « Fous d’Irène » par Bobby Farelly.

Musique

Serge Gainsbourg écrit cette chanson en 1966, qu’il présente en face B du 45 tours « Qui est in, qui est out », et qu’il intègrera en 1968 à son célèbre album « Initial B.B. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *