Marguerite Voltaire

Lorsqu’elle ne jongle pas avec les chiffres dans ses cahiers de comptable, elle jongle avec les mots. Née en Haïti, Marguerite Voltaire écrit des poèmes depuis qu’elle a douze ans. C’est depuis Port-au-Prince qu’elle partage avec nous sa passion pour la poésie. Elle nous propose de découvrir l’un des six recueils qu’elle a écrits et nous offre ce poème qui semble danser de joie

Adieu maman je pleure
Par Marguerite Voltaire

Mon cher amourette

Devant mon très cher amourette 
Unique amour celui que j’aime
Genoux fléchis mille courbettes
Pour l’honorer de gloire extrême

Je fais toujours un peu risette
Pour le combler bonheur suprême
Devant mon très cher amourette
Unique amour celui que j’aime

Parfois le doudou à facette
Me fait couler du Vin sans terme 
Pour me tresser une garcette
Traînant une vie de bohême
Devant mon très cher amourette

5 Replies to “Marguerite Voltaire”

    1. Un poème certes joliment froissé. Mais il est surtout écrit par une adorable femme qui as peut-être découvert ce qu’elle cherchait. J’aime beaucoup.

    2. Merci beaucoup Joëlle d’être passée et ton appréciation.

      Bon printemps des poètes! Et bon dimanche!

      Je t’embrasse😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *